Carte bleue Lyrics

CARTE BLEUE Lyrics by
Des années que l'équipage voguait heureux
Lancé sur l'hémisphère de la carte bleue
Il battait pavillon Visa Premier
Frôlé par des condors argentés
Des puces électroniques surveillaient sans mal
Les murailles de lingots, pressés dans la cale
Poussée par le vent des marchés
La coque passait entre des récifs, de chiffres, carrés
Jamais l'opulence n'expirait
Une signature au dos de la carte suffisait
À pousser le navire loin des rades
Ils avaient le code secret, et la parade
Là où ils mouillaient,
Dans des golfes sûrs, dans le calme des baies
Les doigts sur le clavier, à l'abri des regards indiscrets
L'équipage hilare, faisait gicler la monnaie

Des années que l'équipage voguait heureux
Lancé sur l'hémisphère de la carte bleue
Il battait pavillon Visa Premier
Frôlé par des condors argentés
Là où ils mouillaient,
Dans les golfes sûrs, dans le calme des baies,
Les doigts sur le clavier, à l'abri des regards indiscrets
L'équipage hilare, faisait gicler la monnaie !
Sur une mer d'huile bien vernie
Mieux valait entretenir de bons amis !
Lacher des pourliches aux institutions financières
S'entendre avec une poignée de corsaires
Les navires s'offraient de royales escales
Où les hôtesses psalmodiaient le nom des capitales
Dans les couloirs sans fin des duty free
Leurs yeux reflétaient la couleur mate, du whisky

Et si, le liquide manquait parfois
Au passage des détroits
Une bande magnétique les attirait
Vers des brèches ultra-marines crachant liasses de billets
À la coque, s'accrochaient des requins galeux sans argent
Ils les repoussaient à coups de rame dans les flancs
Criant : "Allez ouste, manants !"
"Allez ouste, manants ! Nous ne recueillons que les sirènes !"
Et le navire cinglait vers de plus riches océans
Où les vents soufflent, à crédits illimités
Hélas...
Des rafales, déchiquetèrent les voiles
Une tempête se levait sur les places occidentales
L'équipage à découvert sous l'ouragan
Voyait refluer toutes les vagues de paiements
La carte bleue se fissurait à l'horizon
Dans les cales les puces piquaient comme des scorpions
Des condors désargentés, hurlaient dans le ciel !
Une peur bleue, leur serrait la rondelle !
Les membres d'équipage écopaient le liquide, le cash, la camelote
Et lançaient des SOS, comme des fiottes !
Les secours, ignoraient leurs appels
La carte était strictement personnelle !
Strictement personnelle !

( No rating yet. / 0)
  • 7716 Likes
  • 26188 Views
  • 612 Comments
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z